L'actualité du vin mise à jour en continu, recueil de sources mondiales d'info presse sur le vin.

Vins d'Alsace: les vins les plus réputés d’Europe.


Date: 04 octobre 2007 à 12:21:52 MST
Sujet: Vins d'Alsace

La plus grande partie du vignoble d’Alsace est implantée, sur 180 km de longueur et 500 m de largeur, de la plaine Rhénane au massif des Vosges. Cette frontière naturelle qu’est la célèbre ligne bleue des Vosges, est aussi une barrière climatique car elle capte la grande masse des précipitations venant de l’Océan. C’est ce qui fait de Colmar la ville la plus sèche de France avec une moyenne annuelle de précipitations de 500 mm. Soumise à un climat semi-continental avec des hivers rudes, mais sans conséquences sur la vigne, des étés mais surtout des automnes ensoleillés, la région bénéficie d’un taux d’ensoleillement durant la période critique, qui est l’un des plus élevés dans les vignobles de qualité. Ce climat est propice à une maturation lente et prolongée des raisins, et favorise l’éclosion d’arômes d’une grande finesse.

Une autre caractéristique de ce vignoble est la grande diversité de ses sols. Il y a quelque cinquante million d’années, Vosges et Forêt-Noire formaient un seul ensemble. A partir de l’ère tertiaire, la partie médiane du massif a commencé à s’affaisser pour donner naissance, bien plus tard, à une plaine. Par suite de ce terrassement, presque toutes les couches de terrains (granit, calcaire, gneiss, schiste, grés…) qui s’étaient accumulées au cours des différentes périodes géologiques ont été remises à nu sur la zone de rupture. Et, c’est surtout là que sont localisés les vignobles.

Les vins les plus réputés d’Europe...

L’histoire du vignoble alsacien remonte à la nuit des temps mais ce sont les Romains qui ont, comme partout en Europe, popularisé la vigne et le vin.
Les invasions du III ème au V ème siècles, entraînèrent un recul temporaire de la viticulture qui ne recouvra sa valeur que sous la puissante influence des évêchés, des abbayes et des couvents.
Le vignoble explose donc au Moyen-Age, et ce, jusqu’au XVI ème siècle qui marqua l’apogée de la viticulture en Alsace : elle produit d’énormes quantités de vins très recherchés, puisqu’ils sont les plus réputés d’Europe. L’ouverture du Rhin favorisa leur exportation dans toute l’Europe et permit d’enrichir la région. En effet, les belles maisons, les châteaux, les églises ou monuments que l’on peut admirer dans de nombreuses villes et villages alsaciens datent de cette époque. Mais pendant trois siècles, l’Alsace va voir se succéder plusieurs guerres, batailles, pillages… qui vont faire sombrer la viticulture, lui faire perdre sa primauté.
Il faut attendre 1945 pour que la région reconstitue son vignoble. L’essor économique de l’après-guerre et les nouvelles techniques des vignerons agirent favorablement sur le croissance des domaines alsaciens, qui possèdent aujourd’hui, sur une superficie d’environ 145 000 ha, un potentiel de production annuel de l’ordre de 42 400 hl en grands crus et 163 000 hl en crémant d’Alsace.

De cette histoire mouvementée, la région a gardé quelques singularités et notamment le fait que, contrairement à l’ensemble de la France, les vins d’Alsace ne sont pas nommés par la hiérarchie des appellations contrôlées mais par leurs cépages. Il en existe une dizaine et chacun possèdent des caractéristiques particulières qui permettent de les différencier. Ils sont classés en cépages nobles (gewurztraminer, muscat, riesling tokay-pinot gris pour les vins blancs et pinot noir pour les vins rouges), semi-fins (pinot blanc) et les autres.

Des traditions perpétuées...

Les variations des sols et des microclimats très nombreuses dans la région, apportent dans les vins mille nuances que partout ailleurs on aurait traduites, selon la réglementation, par l’apparition de crus. Mais , peut-être à cause des traditions perpétuées depuis longtemps dans les régions rhénanes, ici leur naissance ne date que de 1975, avec la définition officielle d’une appellation alsace grand cru. Décision qui déboucha en 1983, sur la délimitation d’une première série de 25 lieux-dits, étendus , en 1992, à 50 lieux-dits.

Les belles arrière-saisons incitent à prendre quelques risques pour obtenir des cuvées encore plus concentrées. Cette pratique très ancienne, a été codifié en 1984 par un décret réglementant les mentions « vendanges tardives » et « sélection de grains nobles ». Pour obtenir une de ces mentions, il faut déclarer la parcelle huit jours à l’avance ; le jour de la récolte, un inspecteur mesure la concentration de sucre et le volume. Si la vendange dépasse le minimum requis (potentiel de 15,1° pour le riesling et le muscat et de 16,4° pour le gewurztraminer et le tokay-pinot gris) un pré-agrément est décerné. Dix-huit mois plus tard, l’épreuve de la dégustation à l’aveugle, confirmera ou refusera la mention. En pratique, cette mention est la plus dure à obtenir de France. Les sélections de grains nobles, généralement élaborées à partir de pourriture noble sont forcément des vins liquoreux. Ces vins ne sont élaborés que lorsque l’année s’y prête, ce sont donc des vins d’exception, souvent coûteux.

Le vignoble alsacien est encore trop méconnu. Deux éléments majeurs en sont la cause : les instabilités historiques, tout d’abord, qui ont retardé son engagement sur le chemin qualitatif, la complexité de ses produits ensuite. Or, de nos jours, les consommateurs recherchent des qualités originales. Ceci est une grande chance pour l’Alsace, car ce qui était jusqu’alors considéré comme un handicap devient un atout pour l’avenir.




Vins domaines, millésimes, terroir, santé, commerce. Revue de presse du vin.
http://www.vins-vins.com

L'URL de cette page:
http://www.vins-vins.com/133-vins-Alsace-reputes-Europe.html